"Quand je pense 10, je dis 7, et toi tu comprends 3" :ce petit proverbe vietnamien,

qui se décline dans toutes les langues,redit à qui l'entend que communiquer,

c'est échanger des informations,mais ça n'est pas forcément les comprendre,

et encore moins donner à celui qui les reçoit les moyens de les comprendre.

 

Il est même parfois plus intéressant pour celui qui délivre une information

que le destinataire ne la comprenne pas trop bien.

Cela s'appelle de la manipulation, ou encore la com' aujourd'hui.

 

La communication est un combat dont le but est d'amener l'autre à épouser notre point de vue.

Au contraire, parler de communication non-violente, c'est mettre sa faculté de communiquer au service d'autre chose.

C'est donner à son interlocuteur, en même temps que l'information,

les moyens de comprendre vraiment ce qu'on est en train de lui dire,

tant sur le plan des idées que sur celui des émotions.

Il s'agit alors d'épouser son point de vue à lui comme point de départ de la communication.

Apprendre la communication ce n'est pas seulement donner les codes du langage et ceux de l'expression corporelle ;

c'est aussi nous donner les moyens d'interroger la façon dont nous communiquons, de revenir sur nos propres réactions et comprendre nos émotions. En un mot : être maître de notre manière de communiquer, pour ne pas en être l'esclave.

 

 

 

 

 

 Le processus de la Communication Non Violente mis au point par Marshall B. Rosenberg, nous permet de :


- repérer ce qui, dans notre manière de penser et de communiquer, bloque et génère la violence ou,

  au contraire facilite la communication et désamorce les conflits.

- développer nos capacités à clarifier ce que nous vivons et à exprimer des demandes claires.

- apprendre à « décoder » l'agressivité de manière à rétablir ou instaurer un dialogue où chacun se sent reconnu.


La CNV propose une manière de communiquer simple et concrète par laquelle chacun prend soin de ses besoins

et trouve aussi plaisir à satisfaire les besoins des autres.
Elle réveille le plaisir naturel de coopérer, que ce soit en milieu professionnel, social ou familial.

 

 

 

Dix conditions d'une bonne communication :
 1- Parler calmement, sans agressivité.
 2- Parler un à la fois.
 3- Écouter l'autre sans l'interrompre.
 4- Avoir un langage respectueux des avis qui peuvent être différents des nôtres.
 5- Avoir une écoute attentive.
 6- Utiliser un expression qui nous implique en utilisant le « je » et en évitant le « tu » qui accuse.
 7- Faire preuve de compréhension pour l'autre, d'empathie.
 8- Vérifier ses doutes en utilisant la reformulation : « Dans ce que tu me dis, je comprends ... ».
 9- Accepter les silences

10- Choisir le bon moment et le bon endroit pour se parler.